photo Maxence Ravelomanantsoa
Intrigant cocktail que celui de ce jeune quintet parisien : un nuage de rythmiques flamenco,
une larme de son cubain, un zeste de samba brésilienne, le tout relevé par les accords effrénés
d’un jazz actuel… Son nom ? Alba Neiva.
 
Aux commandes du projet : Nils Frechilla, guitariste et fondateur du groupe, accompagné de la
chanteuse Lucile Chriqui, d’une session rythmique (Zacharie Abraham et Arthur Alard) et d’un
saxophone (Maxime Berton). Puisant son inspiration dans ses origines espagnoles et son goût
pour les musiques latines, ce musicien formé au jazz des anciens explore un territoire autant
solaire que mélancolique. Chantées essentiellement en français et en espagnol, ses compositions
trouvent leur équilibre dans cette fusion des genres. La voix chaude et le sourire lumineux de
Lucile Chriqui dansent sur ces mélodies qui croisent tour à tour Gainsbourg ou Chopin, sur une
route entre Buenos Aires et Recife.
 
Généreux et tendre, ce projet aux accents du monde raconte une musique née de toutes ces couleurs.